M découvrir

20 Mars 1956: Retour sur le déroulé de cette journée historique

Les Tunisiens fêtent aujourd’hui, le 20 mars 2018, le 62 ème anniversaire de l’indépendance qui représente un événement majeur dans l’histoire de la Tunisie marquant la fin de la colonisation française du pays qui a commencé depuis le 12 mai 1881.

Des milliers de Tunisiens se sont donnés corps et âmes pour défendre ce pays. Leurs sacrifices ont été concrétisés le 20 mars 1956 avec l’indépendance de la Tunisie.

Proclamation de l'indépendance:

Une bonne centaine de journalistes et photographes étaient là pour immortaliser le moment.

La cérémonie est simple. Ben Ammar lit la première moitié du protocole d’indépendance, avant d’être relayé par Pineau, qui prononce d’une voix ferme la phrase tant attendue : « La France reconnaît solennellement l’indépendance de la Tunisie… » Les deux hommes apposent ensuite leur signature au bas du document.
‘Félicitations, la Tunisie est un pays libre’.

À Tunis, l’heureux événement est accueilli avec des manifestations d’allégresse. Le gouvernement ayant donné congé aux administrations et aux écoles, les Tunisiens défilent tout l’après-midi à travers les rues d’une ville pavoisée aux couleurs nationales : rouge et blanc. Les réjouissances populaires se terminent tard dans la nuit.

Ce jour-là, la France a reconnu formellement l’indépendance de la Tunisie et, explicitement, l’abrogation du traité du Bardo du 12 mai 1881, qui avait instauré le protectorat français.

Le régime tunisien a donc recouvré « ses responsabilités en matière d’affaires extérieures, de sécurité et de défense » et son droit de constituer une « armée nationale ». La France a certes maintenu une présence militaire à Bizerte – port stratégique qu’elle évacuera le 15 octobre 1963 -, mais l’abrogation du traité du Bardo n’en a pas été moins ressentie par les Tunisiens comme la fin formelle du régime colonial qui leur avait été imposé durant soixante-quinze ans.

C’est le 25 mars, trois jours après le retour de Bourguiba que les Tunisiens élisent, pour la première fois de leur histoire, une Assemblée constituante au suffrage universel.

Le 25 juillet 1957, le « Combattant suprême » parachève sa victoire en faisant déposer le dernier souverain husseinite, Lamine Bey, et en se faisant nommer premier président de la République tunisienne, à titre « provisoire », en attendant la Constitution, qui sera promulguée le 1er juin 1959.

Le premier président de la Tunisie indépendante restera au pouvoir jusqu’au 7 novembre 1987. Il mourra le 6 avril 2000, presque centenaire, non sans avoir laissé sa marque indélébile sur la société et l’État tunisiens.